Le 24 août 2022, l’Insee a diffusé une étude sur le commerce de détail

Le document affirme que les entreprises créées au sein de réseaux d’enseigne sont plus pérennes. L’institut rappelle qu’en 2014, 26 600 entreprises ont été créées dans le commerce de détail, dont 58% dans le commerce non alimentaire et 14% dans la vente à distance. L’Insee* établit que 61% de ces structures étaient encore actives en 2019.

Des enseignes plus avantageuses ? L’analyse indique que 17% des commerces sont créés en réseau d’enseigne, spécialement dans le non-alimentaire. « Les réseaux sont les plus présents dans l’équipement de la personne hors habillement (beauté, bijouterie, maroquinerie, etc.), dans la culture et les loisirs (livres, sport, jeux, etc.) où ils concernent respectivement 28 % et 26 % des créations », précise le communiqué de l’institut. Les entreprises choisissant les enseignes sont majoritairement urbaines, à proximité de villes moyennes. L’Insee constate que ces structures sont plus pérennes : « 74 % exercent toujours leur activité cinq ans après la création en réseau, contre seulement 58 % hors réseau. » Cette durabilité s’explique peut-être par le profil des entrepreneurs optant pour ce modèle : âgés de 35 à 49 ans à 52% (44% hors réseau), en couple à 77% (68% hors réseau), et diplômés de l’enseignement supérieur à 50% (38% hors réseau). La plupart d’entre eux occupaient des postes à responsabilité avant de créer leur commerce. Un autre volet de l’étude dévoilée par l’Insee montre que « les entreprises de commerce de détail en réseau sont créées en moyenne avec davantage de ressources que les autres. Le projet de 56 % d’entre elles démarre en ayant mobilisé des moyens financiers de 40 000 euros ou plus, contre 25 % pour celles hors réseau, et 18 % hors du commerce de détail ». Cet investissement apporterait 1,4 fois plus de chances de survie selon l’institut. Les dirigeants consultés évoquent également les conseils et services dont ils ont pu bénéficier au sein de leurs réseaux. Environ un tiers se plaignent néanmoins du coût généré par l’affiliation et de certaines rigidités dans la gestion. Sept entrepreneurs sur dix souhaitent pourtant maintenir leur coopération avec leur enseigne.

Les facteurs favorables à la pérennité sont davantage présents dans les entreprises créées en réseau : davantage de moyens financiers et humains au démarrage et plus de créateurs anciens dirigeants. Une fois pris en compte ces différents facteurs, leurs chances de survie après cinq ans d’existence restent encore 1,2 fois plus élevées. Plusieurs facteurs pourraient l’expliquer : la formation et l’accompagnement proposés en réseau, le bénéfice d’une enseigne déjà connue, des caractéristiques plus favorables des projets de création autres que celles déjà identifiées dans cette étude (localisation infra-communale…) ou un effet de sélection des créateurs d’entreprises pour être accepté dans le réseau. L’étude ne permet cependant pas de confirmer ou de trancher entre ces hypothèses. » Philippe Pottier, Insee

*L’Institut national de la statistique et des études économiques