Avery France déménage pour gagner en puissance: entretien avec Sophie Choiselat

Sophie Choiselat, directrice générale d’Avery France ©Avery France

Depuis le début de l’année, les équipes d’Avery France se réunissent dans de nouveaux locaux à Dardilly (toujours en région lyonnaise). La directrice de la filiale française Sophie Choiselat vous explique ce qui a motivé ce déménagement, et détaille les pistes de développement de l’entreprise spécialiste de l’étiquette.

Les locaux d’Avery France ont déménagé récemment. Pourquoi cette décision ?
Jusqu’à cet hiver, nous occupions en effet une surface de 400 m2 à Ecully avec les équipes de vente, le marketing, les ressources humaines, la finance, etc. Nous avons déménagé à Dardilly pour accompagner les futurs développements d’Avery en France. Il faut savoir que la plupart de nos produits sont fabriqués au Royaume-Uni, or le Brexit est venu ralentir les échanges. Nous avions donc besoin d’une surface de stockage dans l’Hexagone. Par ailleurs, le groupe CCL Industrie (qui a racheté Avery en 2013) a une stratégie de croissance par acquisitions. De nouvelles entités nous rejoignent régulièrement et, là encore, il faut pouvoir les accueillir. Après réflexion, nous avons décidé de nous agrandir pour rouvrir une capacité de stockage et de production en France.

Du flex office pour certains postes aux espaces de collaboration et de convivialité… Avery a misé sur la souplesse pour ses bureaux. ©Avery France

Quels sont les bénéfices de ce nouveau lieu ?
Au niveau logistique, nous disposons maintenant d’un espace de 1700 m2 qui nous permet de livrer les magasins plus rapidement, entre 48 et 72 heures. Côté production, le principal reste au Royaume-Uni (nous affrétons deux camions par semaine) mais les activités françaises des acquisitions du groupe seront hébergées chez nous, comme le site e-commerce Bienmarquer.fr, spécialisé dans les objets personnalisés, ainsi que l’entreprise ID&C qui fabrique des bracelets pour les évènements culturels, sportifs, etc. Une équipe est dédiée au déploiement de ces business sur le marché hexagonal – nous recrutons notamment pour la production. Enfin, côté bureaux, nous avons conservé une surface comparable avec des aménagements qui permettent plus de souplesse dans le travail (flex office pour certains postes, salles de réunion, espaces de collaboration et zones de convivialité). C’est d’ailleurs incroyable de voir ce que le changement de bureau a provoqué dans nos équipes en seulement quelques mois, un vrai dynamisme pour les anciens collaborateurs et un super élan pour les nouveaux salariés.

Chez Avery France, que représentent le B to B et le B to C ?
Le B to B, c’est-à-dire nos références classiques à destination des entreprises, représente environ 70% de notre activité, et reste prioritaire dans nos objectifs. Un autre marché est la distribution B to C en grandes surfaces et magasins spécialisés avec les gammes Family (étiquettes scolaires, cadeaux, décoratives, etc.) qui fonctionnent très bien. Et une dernière partie est l’e-commerce avec une audience à la fois professionnelle et grand public. Tous les jours, nous découvrons les usages et besoins particuliers de ces nouvelles clientèles : plaques d’étiquettes avec ou sans logo pour expédier, étiquettes pour sceller un emballage, stickers ronds pour décorer un packaging, etc. Toutes ces clés d’entrée nous ouvrent de belles perspectives.

Les équipes d’Avery France ont investi ces nouveaux locaux mi-décembre 2021. ©Avery France

Avery est présent partout dans le monde. Le marché français a-t-il des particularités ?
En Europe déjà, ce ne sont pas les mêmes produits qui performent au Royaume-Uni ou en France. Une des explications est que la France aime le retail ! La densité et la diversité de magasins nous offre davantage d’opportunités sur certaines gammes, ce qui n’est pas le cas au Royaume-Uni où le marché est très orienté grossistes et online. Idem en Allemagne où il y a moins de points de vente, quelques distributeurs et du web.

Quelques chiffres
Avery France : 16 millions d’euros de chiffre d’affaires
Avery Monde : CA de 790 millions d’euros
CCL Industries : CA de 5,5 milliards d’euros

Article en lien