Papeteries Pichon: visite du nouveau siège social

Le nouveau siège des Papeteries Pichon est situé à Veauche, dans la Loire, respectant l’ancrage local de l’entreprise. ©Papeteries Pichon – Manutan

En début d’année, Papeteries Pichon a transféré son siège social et son outil logistique à Veauche, dans la Loire. Ce nouveau site, nommé Pimawa, est à seulement quelques kilomètres des anciens locaux de l’entreprise situés à La Talaudière. Pour le spécialiste de la fourniture scolaire, fondé à Saint-Etienne en 1948, ce déménagement dans une structure plus moderne est un nouveau pas dans la transformation de la société. « Ce projet est l’échelle du groupe, il traduit notre vision à long-terme, nos valeurs humaines et industrielles », a expliqué Xavier Guichard, directeur général du groupe Manutan, présent lors de notre visite. Papeteries Pichon a rejoint Manutan en 2015. En 2020, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 63 millions d’euros, soit 30% de part de marché.

Sur 18 000 m2, le nouvel entrepôt logistique a été conçu pour répondre à la saisonnalité du marché scolaire. ©Pyc Media

Un outil logistique conçu pour les contraintes du scolaire B to B
Initiée en 2018, la construction de ce site a été pensée pour répondre aux spécificités du marché scolaire B to B, c’est-à-dire une saisonnalité hors-norme. « Nous travaillons toute l’année pour la semaine du 25 août », précise Thierry Cappé, directeur général. En effet, si les commandes des établissements scolaires et les livraisons fournisseurs s’étalent sur les premiers mois de l’année, la livraison dans les classes est concentrée sur la semaine précédant la rentrée de septembre. 70% des commandes sont ainsi stockées pour être livrées en seulement deux jours. Ce défi logistique est au cœur du fonctionnement de ce nouvel entrepôt. Grâce à la mécanisation de la chaine logistique, l’entreprise gagne en productivité. Deux cellules de préparation de commandes et de stockage de 12 000 m2 et 6 000 m2 permettent de traiter jusqu’à 250 000 pickings et 10 000 colis par jour en cas de pic d’activité. De 150 salariés en période basse, Pichon peut ainsi accueillir jusqu’à 280 collaborateurs en période haute (pour un travail en trois-huit).

Le système PTS de Savoye achemine les marchandises vers les préparateurs de commandes pour davantage de fluidité. ©Papeteries Pichon – Manutan

Des algorithmes et une robotisation au service de la fluidité
Concrètement, lorsque les marchandises arrivent, elles sont stockées dans un magasin automatisé pouvant recevoir 13 000 palettes. Cinq navettes autonomes facilitent la manutention. Une partie des produits est mise en bacs pour rejoindre le système de préparation de commandes PTS conçu par Savoye. Pour fluidifier la préparation des colis, 72 navettes peuvent transporter 40 000 bacs. Un algorithme calcule quels bacs acheminer vers les postes de préparation GTP (goods to persons), et dans quel ordre, afin d’optimiser le colisage et réduire la pénibilité du travail des opérateurs puisque les produits viennent directement à eux. « Grâce aux navettes autonomes, les préparateurs de commandes économisent entre 6 et 7 km par jour », estime Thierry Cappé. Huit gares de préparation de commande mécanisée plus traditionnelles complètent le dispositif. Les commandes ainsi préparées sont ensuite stockées dans le magasin automatisé, jusqu’à leur acheminement vers les partenaires transporteurs des Papeteries Pichon en temps voulu.

Luminosité, espace, meubles absorbant les bruits, etc. Papeteries Pichon a pensé ses nouveaux bureaux pour le bien-être des collaborateurs. ©Papeteries Pichon – Manutan

De nouveaux bureaux pensés avec les salariés
Adossés à cet entrepôt, 3 600 m2 de bureaux flambant neufs accueillent les équipes commerciales, marketing et administratives de l’entreprise. Lumineux et aérés, ces locaux ont de nouveau été conçus pour le confort des collaborateurs : parois et meubles qui absorbent les sons, bureaux réglables en hauteur, couleurs douces, etc. Pour l’aménagement des espaces communs (vestiaires, réfectoire, salle de sport, salle de repos, etc.), la direction a laissé carte-blanche à un comité composé d’une cinquantaine de salariés volontaires. La construction du site Pimawa a nécessité un investissement de 30 millions d’euros.

Découvrez l’entrepôt logistique en vidéo :

Article en lien