Exacompta-Clairefontaine : année 2021 en croissance, 2022 indistincte

©Clairefontaine-Rhodia

Le 24 mars 2022, le conseil d’administration du groupe Exacompta-Clairefontaine s’est réuni pour examiner et arrêter les comptes de la société pour l’exercice 2021. L’entreprise enregistre ainsi un chiffre d’affaires de 726,8 millions d’euros, soit une croissance de plus de 5% par rapport à l’année 2020.
La transformation reste l’activité principale du groupe, rapportant 563,3 millions d’euros. Malgré des difficultés d’approvisionnement et de grandes variations de coûts, « nos tarifs ont peu évolué, la rentrée des classes 2021 s’est faite sensiblement aux mêmes conditions que celle de 2020. Nos différents départements ont eu globalement une bonne activité et des résultats variables suivant les familles de produits », précise Exacompta-Clairefontaine.
Le segment papier a, lui, engrangé 288,2 millions d’euros. « Notre propre production est en hausse de 1,7 % à 235 milliers de tonnes de papiers bobinés. Le tonnage vendu a augmenté de 10,5 %. Le résultat de l’exercice 2021 a été obtenu grâce à cette bonne activité et à la résorption de nos stocks de pâtes et de papiers qui étaient en excédent à la fin de 2020 », explique le communiqué de l’entreprise.
Les opérations inter-secteurs ont coûté 124,6 millions d’euros en 2021. La France et l’Europe sont les marchés prioritaires des marques du groupe avec des chiffres d’affaires respectifs de 390,3 et 309,4 millions d’euros.
Pour Exacompta-Clairefontaine, 2022 est un exercice incertain à cause de nombreux facteurs : « Nos résultats de 2022 ne bénéficieront pas de résorptions de stocks et subiront totalement les augmentations de prix sur les matières premières auxquelles s’ajouteront celles sur l’énergie dont les prix explosent pour la part non couverte par des contrats préalablement négociés. Le conflit en Ukraine n’a pas d’impact direct significatif sur nos approvisionnements et nos ventes mais ouvre une période d’incertitude sur la fourniture en volume et le prix du gaz. » Le papetier français prévient donc que « la hausse de nos prix de ventes est absolument nécessaire alors que la demande pour nos produits est toujours très soutenue ».

 

Article en lien