Croissance à long terme : les cinq chantiers de Bic pour 2020

Le groupe Bic poursuit son plan de transformation Bic 2022 – Invent the Future en identifiant cinq chantiers pour améliorer sa résilience à court terme dans le contexte de la crise du Covid-19 et accélérer sa croissance à long terme. De l’écoulement des stocks grâce à la rentrée scolaire à la production d’un nouveau Bic Cristal plus écolo, quels enjeux pour la branche papeterie du groupe ?

Alors que cette crise sanitaire génère des défis sans précédent, elle nous offre également l’opportunité d’accélérer notre transformation vers une entreprise plus agile et plus centrée sur le consommateur et nous entendons sortir plus forts de cette période. »
Gonzalve Bich, directeur général de Bic.

Chantier n°1 : Maitriser les dépenses d’exploitation
« En 2020, l’impact négatif de la baisse du chiffre d’affaires sur la marge d’exploitation normalisée sera partiellement compensé par 15 à 20 millions d’euros d’économies sur les dépenses d’exploitation », explique Bic.

Chantier n°2 : Protéger le cash flow
Le groupe souhaite contrôler ses investissements industriels en diminuant la voilure à 80 millions d’euros en 2020 par rapport à 114 millions en 2019. Bic projette également de réduire ses stocks d’environ 15 à 30 millions d’euros. « La prochaine rentrée scolaire sera déterminante pour atteindre cet objectif », souligne le communiqué.

Chantier n°3 : Favoriser l’innovation
Au programme : se concentrer sur les attentes consommateurs, notamment en termes de durabilité. Un Bic Cristal rechargeable avec un corps métallique devrait ainsi être présenté en fin d’année.

Chantier n°4 : Adapter les opérations
Pour mettre en œuvre des process plus efficaces, la politique d’achats de Bic est revue avec pour but 50 millions d’euros d’économies d’ici la fin de l’année 2022.

Chantier n°5 : Stimuler la croissance
Parmi différentes mesures comme des augmentations de prix sur les briquets, le groupe veut stimuler les ventes de papeterie lors de la prochaine rentrée des classes, en collaboration avec les distributeurs, retail et web. L’objectif est ainsi une hausse de chiffre d’affaires e-commerce d’environ 20% en 2020.

Article en lien