Bic : un premier semestre 2019 en léger repli

Au cours de l’été, le groupe Bic a dévoilé ses résultats pour le deuxième trimestre 2019 et le premier semestre. Avec un chiffre d’affaires de 960,2 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année, Bic observe un léger recul de 1,6% à base comparable. « Nous continuons à faire face à des conditions de marché défavorables dans nos trois catégories. En outre, les résultats du premier semestre 2019 ont été affectés par un décalage des ventes de rentrée scolaire dans la papeterie et un environnement difficile dans les briquets aux Etats-Unis. Nous avons cependant retrouvé une dynamique positive dans les rasoirs, grâce aux produits à valeur ajoutée et réussi à maintenir ou à accroître nos parts de marché dans la plupart de nos zones géographiques. Nos perspectives pour 2019 demeurent inchangées », explique Gonzalve Bich, directeur général de Bic.

Du côté de la papeterie
Le rayon papeterie du groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 252,5 millions d’euros au deuxième trimestre, en repli de 2,3% à base comparable. Sur le semestre, les ventes% en valeur s’élèvent ainsi à 400,8 millions d’euros, soit -3,6%. Sur le marché européen qui progresse de 1,8 % en valeur, Bic est affecté par le décalage des ventes de rentrée scolaire en France avec des livraisons opérées en juillet au lieu de juin.

Bic se positionne au Nigéria
Fin juillet, Bic annonçait le rachat du principal fabricant d’écriture nigérian Lucky Stationery Nigeria Ltd (LSNL). Approuvée par les autorités du pays, la transaction devrait être finalisée fin 2019. Avec environ 30% de parts de marché au Nigéria, LSNL enregistre un CA de 5 millions d’euros environ. Actuellement située à Ilupeju-Lagos, l’unité de production principale devrait être transférée à Shagamu au nord de Lagos. « Cette quatrième usine de papeterie en Afrique vient renforcer notre implantation en Afrique de l’Ouest, une région en forte croissance, et fait de Bic le numéro un du secteur sur l’un des marchés les plus dynamiques et prometteurs », a déclaré Gonzalve Bich.

Article en lien