Bic explore l’influence de la crise sanitaire sur les achats scolaires

Juste avant le deuxième confinement, Bic a sollicité l’institut de sondage OpinionWay pour une étude sur les conséquences de la crise sanitaire sur la vie des familles et leurs arbitrages budgétaires en matière de fournitures scolaires. Premier enseignement : pendant le premier confinement, 8 parents sur 10 ont eu du mal à aider leurs enfants dans leurs leçons, notamment en mathématiques puis en langues étrangères. Les parents se donnent ainsi une note de 12,5/20 en tant que professeurs.

Des achats raisonnés
La crise sanitaire a bel et bien influencé les achats de fournitures scolaires des foyers puisque 67% d’entre eux déclarent avoir utilisé au maximum les fournitures déjà en leur possession. 25% ont au contraire acheté des fournitures supplémentaires pour éviter le partage entre enfants et limiter la propagation du virus. La nouveauté de cette rentrée a été l’investissement dans du matériel de protection anti-Covid, gel hydro-alcoolique, masques, etc. 6 parents sur 10 disent avoir dépensé plus dans ce domaine. Parmi 26% de foyers considérant avoir fait des achats supplémentaires cette année, la dépense est supérieure en Ile-de-France qu’en province : 258 euros contre 146 euros. Concernant les lieux d’achats, le magasin reste un canal privilégié puisque 77%  des parents ont réalisé leurs achats en partie en point de vente physique, dont 62% principalement en magasin. Seuls 11% ont été majoritairement sur le web.

Article en lien