Présidence de l’Ufipa: entretien avec Laurent Proy pour Alkor

Laurent Proy représente Alkor à la présidence de l’Ufipa pour 3 ans.

Le 8 octobre 2020, la coopérative Alkor, représentée par son directeur général Laurent Proy, a pris la présidence de l’Ufipa, l’Union de la filière papetière (lire notre article). Extraits de notre rencontre avec celui qui devra mobiliser la profession pour les trois prochaines années.

Pour vous, pourquoi est-il nécessaire de s’investir dans une association comme l’Ufipa ?
L’Ufipa défend et promeut les intérêts de notre filière papetière. L’interaction entre fournisseurs et distributeurs nous permet de définir des actions destinées à valoriser l’ensemble nos métiers. Notre profession est habituée à travailler de concert ! Dans nos statuts, il est prévu l’alternance entre le collège fournisseurs et le collège distributeurs à la présidence de l’Ufipa. Le mandat sortant étant du ressort des fabricants (Bic puis Stabilo), le nouveau mandat revenait à une entreprise de distribution. Dans ce contexte, nous nous sommes dits qu’Alkor pourrait amener sa contribution. Il est très gratifiant de s’investir au service d’une communauté.
[…]
Concernant l’activité économique, les derniers mois nous ont fait prendre conscience d’un changement de paradigme. Qu’allons-nous vendre à l’avenir ? Comment vont évoluer les modes d’achats des professionnels et la consommation des particuliers après la crise sanitaire ? Les membres de l’Ufipa, avec leurs différentes expertises, doivent travailler sur ces nouveaux enjeux sociétaux et faire émerger de nouvelles idées. L’union fait la force, j’en suis convaincu.

Quels seront vos chantiers pendant vos trois années de mandat ?
La transformation digitale va monopoliser beaucoup d’énergie. Nous déployons la plateforme d’intermédiation PBS lancée l’année dernière. L’Ufipa investit beaucoup sur ce projet structurant sur plusieurs années. La transition énergétique devient aussi une préoccupation majeure de nos concitoyens. La crise pandémique a accéléré la prise de conscience collective. Or dans la dimension écologique, il y a une dimension économique à prendre en compte.
En termes de reconnaissance de notre filière, l’Ufipa doit poursuivre son travail de communication autour de notre profession. Après une première enquête d’opinion  sur l’écriture cursive, nous communiquerons sur d’autres thématiques. Le nouveau site internet Ufipa sera opérationnel d’ici quelques semaines, avec des contenus dynamiques et pédagogiques. Une nouvelle étude sur les comportements d’achat post-confinement dans l’Office est également en cours.
J’espère que nous pourrons aussi reprendre nos petits déjeuners pour aborder les sujets d’actualité qui impactent nos entreprises. Quant à l’organisation de notre congrès annuel en juin 2021, nous nous prononcerons rapidement en anticipant l’évolution des consignes sanitaires.
[…]

L’intégralité de cet entretien est disponible dans la prochaine édition du Papetier de France, n°843 Octobre-Novembre 2020.

Article en lien