Marché de la papeterie : les estimations d’i+c pour l’année 2018


Le 11 décembre 2018, lors d’un traditionnel petit-déjeuner de l’Ufipa, l’institut i + c (récemment racheté par Xerfi) a réalisé un point de conjoncture sur le secteur de la papeterie. Si la crise des gilets jaunes rend le déroulement des mois de novembre et décembre incertains, le cabinet d’analyse propose quand même des estimations pour l’année 2018 et des perspectives pour 2019. A l’issue de cette réunion, l’Ufipa a précisé que son congrès se déroulerait les 13 et 14 juin 2019 à Biot, dans les Alpes-Maritimes.

L’économie mondiale ralentit
À l’international, i + c constate un ralentissement de la croissance même si elle reste positive : par exemple, le PIB de la zone euro a progressé de 2,4% en 2017 contre 2% en 2018, celui de la Chine est passé de 6,9% à 6,6%. Accords commerciaux internationaux tendus, Brexit, élections européennes soumises à l’émergence de modèles anti-européens, variations du prix du pétrole… l’institut planche sur une croissance affaiblie pour l’année 2019. En France, après un premier semestre qui a vu l’activité industrielle reprendre, la fin d’année est plus mitigée. I + c prévoit une légère hausse des volumes produits de 0,8% en 2019. L’emploi salarié, plutôt dynamique en 2017, est aussi freiné avec une estimation à 160 000 postes créés en 2019 pour environ 260 000 en 2018. Enfin, si les chiffres montrent un pouvoir d’achat en progression, le président de l’institut Louis-Marie Pons précise que « c’est une évolution en trompe-l’œil à cause de la hausse des dépenses contraintes, logement, charges, etc. qui laisse peu de marge de manœuvre aux consommateurs ». La confiance des ménages est ainsi en baisse en 2018.

Le marché de la papeterie devrait reculer de 1,5%
Le directeur général d’i + c, Laurent Frelat, a ensuite pris la parole pour évoquer les résultats de la filière papeterie. Avec un second semestre estimé à -1%, après -1,5% au premier semestre, le marché serait en recul de 1,5% sur l’année.
Les circuits destinés aux particuliers affichent -2,5% de janvier à octobre 2018, pour une baisse évaluée à 3% sur l’année. Les distributeurs indépendants enregistreraient -3%, les hypers/supers -6%, les spécialistes culturels -2,5% et les pureplayers +32%. Ces derniers devraient avoir une performance particulièrement remarquable en décembre à cause des blocages des commerces par les gilets jaunes, qui ont favorisé les achats web.
Du côté des circuits B to B, l’horizon est moins sombre avec un léger recul de 0,5% pour 2018. Le -1% du premier semestre est compensé par +0,5% au second. Les fournituristes devraient atteindre -0,5%, la vente à distance +3% et les superstores -2%. Parmi les familles de produits, la fourniture de bureau est en négatif (-1,5%), tandis que le mobilier et les services généraux/hygiène performent toujours (+13% et +7%).

Article en lien