Hausse des prix et marchés publics: l’Ufipa tire la sonnette d’alarme!

© Wasan – stock.adobe.com

En novembre 2021, l’association de la filière papeterie alertait déjà les acheteurs du public et du privé sur la flambée des coûts de production et la nécessité de renégocier les contrats pour pérenniser les échanges entre fabricants et distributeurs (relire notre article). Aujourd’hui, l’Ufipa tire de nouveau la sonnette d’alarme. En effet, la guerre en Ukraine est venue accentuer les difficultés déjà ressenties par l’industrie depuis plusieurs mois à cause de la crise sanitaire : hausses des prix des matières premières (+70% pour le papier et +170% pour le polypropylène), du fret et de l’énergie, multipliant les problèmes d’approvisionnement.

Les administrations, les collectivités et l’État ont un rôle prédominant à jouer pour le maintien de l’ensemble des filières et plus généralement, du commerce. »

Adapter la commande publique
Dans un communiqué diffusé le 27 avril 2022, l’association appelle à adapter les conditions d’exécution des contrats de la commande publique, qui « représentent une part importante de l’activité de la filière papetière (crèches, écoles, mairies, universités, communautés de communes…) ». Les professionnels du secteur saluent la circulaire du Premier ministre datant du 30 mars 2022 visant à rémédier aux instabilités : « Elle réaffirme entre autres : l’application de la théorie de l’imprévision qui permet au titulaire du contrat de demander une indemnité lorsqu’il fait face à un événement imprévisible et extérieur aux parties en cause ; le gel des pénalités de retard ; le rappel du respect par les acheteurs publics des règles entourant la mise en place des clauses de révision des prix dans les futurs contrats. » Mais pour l’Ufipa, ces recommandations sont insuffisantes. L’association demande au Gouvernement de rendre ces mesures impératives pour les acteurs du public. « L’absence de répercussion de ces différentes hausses vers les clients finaux, et surtout vers les acteurs publics, aura pour conséquence, à court et moyen termes, de fragiliser davantage nos entreprises, déjà déstabilisées par la situation sanitaire sans précédent que nous avons connue durant les deux dernières années. Par conséquent, les administrations, les collectivités et l’Etat ont un rôle prédominant à jouer pour le maintien de l’ensemble des filières et plus généralement, du commerce », indique le comité directeur de l’Ufipa, présidé par Laurent Proy.

Article en lien