GfK fait le bilan du marché papeterie – office 2020 pour l’Ufipa

©wavebreak3 – stock.adobe.com

Le 3 février 2021, GfK a présenté son étude filière pour l’année 2020 aux adhérents de l’Ufipa. Les tendances révélées au fil de l’année dans le baromètre mensuel se confirment avec un réel contraste selon les circuits de distribution, les familles de produits et les périodes de l’année. Globalement, l’année 2020 se termine sur un bon quatrième trimestre, ce qui amène le marché à une croissance de 4,2% sur l’année, soit un chiffre d’affaires de 3,23 milliards d’euros. Les volumes, eux, sont en baisse de 3,7% soit 632 millions d’unités écoulées, montrant un changement dans le mix produits. La papeterie hors-office (circuits B to C seulement) affiche +3,8%.

La GSA grande gagnante
Du côté des circuits de distribution, GfK remarque que malgré les confinements imposés par la crise sanitaire, le parc de magasins spécialisés continue de s’accroître : +2% pour les spécialistes culturels et +3% pour les superstores. Sinon les chiffres montrent que les consommateurs (foyers et télétravailleurs) se sont rabattus sur les grandes surfaces alimentaires pour effectuer leurs achats en 2020. Alors qu’ils perdaient du terrain depuis plusieurs années, les hyper et supermarchés progressent de 14,9% avec un chiffre d’affaires de 1,549 milliard d’euros. A l’inverse, les fournituristes de bureau enregistrent une décroissance de 17,6% soit 711 millions d’euros de ventes, suite à la désertification des bureaux lors du premier confinement. Les superstores se maintiennent grâce à une bonne fin d’année, portée par l’équipement des télétravailleurs : +3,9% soit 496 millions d’euros. Les surfaces culturelles et pureplayers généralistes sont aussi gagnants avec +14,8% et 477 millions d’euros. GfK souligne le fait que le marché est de moins en moins concentré depuis 2016.

Sur la papeterie hors-office, les produits qui ont performé sont les rollers, les feutres de coloriage, les agendas, les colles, les rubans adhésifs et les crayons de couleurs, comme le montre ce graphique GfK pour l’Ufipa, représentant les CA incrémentaux positifs de ces catégories.

Consommables et machines de bureau au top !
Le contraste est également au rendez-vous au niveau des produits avec une croissance exceptionnelle des consommables et machines de bureau, avec respectivement +17% et +18% (soit 1,1 milliard et 379 millions d’euros). Ces deux catégories représentent ainsi 43% du marché 2020. L’écriture-traçage se maintient bien avec +3% et 550 millions d’euros. Les adhésifs sont stables : +1% et 192 millions d’euros de chiffre d’affaires. En revanche, le papier façonné baisse de 3% (445 millions d’euros). Le papier reprographique et le classement chutent de 11% et 12%, soit des ventes de 338 millions et 309 millions d’euros. Les consommateurs B to C se sont équipés pour le travail et l’école à la maison, boostant les catégories office. Puis la rentrée scolaire a pris le relais en septembre faisant remonter la papeterie. Le deuxième confinement a de nouveau mis en lumière l’office. Mais les acheteurs ont privilégié les circuits B to C : à titre d’exemple, sur les cartouches d’encre, les grandes surfaces alimentaires enregistrent 57% du chiffre d’affaires. D’une manière générale, les MDD continuent de reculer, les marques nationales constituant 82,6% du marché.

Pour rappel, GfK audite les sell-out des circuits de distribution suivants : hypermarchés et supermarchés, spécialistes culturels, pureplayers généralistes et grands magasins pour le B to C, les VADistes et services contractuels pour le B to B, et les superstores pour le marché hybride. Ne sont pas audités les pureplayers spécialisés, les librairies, les papeteries, les marketplaces et les discounters.

Article en lien