Covid-19 : 9 commerçants sur 10 inquiets pour la pérennité de leur activité

Du 23 au 28 mars 2020, la Confédération des commerçants de France a mené un sondage en ligne pour estimer l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur le commerce. La confédération souligne que la crise sanitaire intervient dans un contexte où les commerçants étaient déjà en difficulté : 47% des sondés enregistraient une perte de chiffre d’affaires depuis 6 mois, estimée à plus de 70% pour près de 30% d’entre eux, entre 51 et 70% pour 20% d’entre eux. En cause notamment, les mouvements de grève de l’hiver.

L’effet Covid-19
A la suite de l’annonce du Premier Ministre le 14 mars 2020 de la fermeture des commerces non-essentiels, ce sont ainsi 86% des commerçants interrogés qui ont fermé leurs portes. Seuls 5% d’entre eux ont poursuivi une activité sur internet ou en drive/click & collect. Parmi les 14% de commerçants autorisés à poursuivre leur activité, plus de 80% ont toutefois réduit leurs horaires d’ouverture, restreint leur activité et diminué le nombre d’employés. 10% ont même choisi de quand même fermer par crainte de contamination. Toujours chez les commerçants toujours ouverts, 95% connaissent une baisse de chiffre d’affaires, de plus de 70% pour 35% du panel, de 51 à 70% pour 24%, de 31 à 50% pour 28%, moins de 30% pour 12%.

Ainsi, d’après les critères pour bénéficier du fonds de garantie, seuls 35 % des commerçants ayant l’autorisation d’ouvrir pourraient bénéficier de la prime jusqu’à 1500 euros. Il est à souligné que le mois de mars 2019 avait déjà été un mois compliqué en raison des gilets jaunes. »
Communiqué de la Confédération des commerçants de France.

Dans les mesures prises pour le Gouvernement pour soutenir les entreprises, celle qui satisfait le plus est la prime de 1 500 euros (29%), suivie de la facilitation du chômage partiel (25%), puis les garanties et prêts de la BPI (11%).

Parmi les entreprises qui emploient des salariés, 15 % ont mis des salariés en arrêt maladie en raison de la garde de leurs enfants non assurée et 86 % ont recouru au chômage partiel. »

La confédération demande que les pertes d’exploitation soient prises en charge par les assureurs (55% des sondés adhèrent à cette idée), que les charges fiscales et sociales soient exonérées (28% le souhaitent également), des mesures sur le paiement des loyers et la mise en place d’un numéro unique.

Enfin, 77 % des commerçants ont des craintes concernant la sécurité de leur commerce et ils se déclarent pessimistes pour les six prochains mois à hauteur de 92 %. »

Article en lien