Coronavirus : 5 grandes fédérations du commerce alertent le Gouvernement

Image: Rudy and Peter Skitterians de Pixabay

La Fédération française de la franchise (FFF), la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA), l’Alliance du commerce, la Fédération pour la promotion du commerce spécialisé (Procos) et la Fédération nationale de l’habillement (FNH) se sont associées le 6 mars 2020 pour alerter le Gouvernement sur les conséquences de l’épidémie de coronavirus sur le commerce. En effet, le Covid-19 provoque une troisième crise en 14 mois, après les manifestations des gilets jaunes et les grèves contre la réforme des retraites. « D’ores et déjà, on observe depuis le passage en stade 2, le 29 février, une accélération rapide de la baisse de fréquentation et des chiffres d’affaires sur l’ensemble du territoire, aussi bien dans les magasins implantés dans les grandes villes que dans des zones plus rurales. Dans les zones touristiques et celles directement impactées par le virus, cette baisse entraîne déjà des fermetures partielles ou totales de magasins », explique le communiqué. Au-delà de la baisse de fréquentation, certaines entreprises rencontres également des difficultés d’approvisionnement. Ces cinq organismes représentatifs rappellent ainsi que 3,6 millions d’emplois sont en jeu, particulièrement au sein de petites et moyennes structures, dont les finances sont souvent déjà fragiles.

Un appel au Gouvernement et aux partenaires immobiliers et bancaires
Les fédérations du commerce demandent donc au Gouvernement de renforcer les mesures de solution mises en place avec :
– des dégrèvements automatiques de charges fiscales et sociales pendant toute la durée de la crise. Les reports et étalements de charges annoncés par le Gouvernement sont aujourd’hui insuffisants alors même que les difficultés s’accumulent.
– la possibilité de recourir à l’activité partielle de manière immédiate dès le dépôt de la demande par l’entreprise afin de maintenir l’emploi des salariés.
Par ailleurs, les fédérations en appellent à la solidarité des acteurs de l’immobilier commercial, pour accorder aux commerçants les réductions de loyers indispensables pour adapter les coûts d’exploitation à la réalité de l’activité des magasins, assouplir les modalités de règlement des loyers et charges et ne pas appliquer de pénalités en cas de fermeture partielle ou totale de magasin. Elles souhaitent aussi que les acteurs bancaires « fasse preuve de diligence pour maintenir les facilités de paiement et de trésorerie » pour ceux qui subiront d’éventuelles pertes d’exploitation.

Article en lien