Le saviez-vous? L’histoire du tampon-encreur

Pour dater, identifier, authentifier, sécuriser un document, pour annoter ou décorer une feuille, pour reproduire un même motif sur divers supports, le tampon-encreur est un outil fonctionnel qui diversifie son offre pour s’adapter à des usages de plus en plus spécifiques.

Les sceaux
Ancêtres des tampons encreurs, les sceaux permettaient d’identifier et de sécuriser certains documents ou courriers. Utilisés sur tous les continents dès l’Antiquité, ils consistent en un cachet sculpté dans du bois, de l’os, de la pierre ou du métal, apposé sur une cire chauffée. En refroidissant, l’empreinte durcit et scelle le document.

3 pièces
Un tampon encreur est articulé autour de trois pièces. La monture est la partie tenue en main. Autrefois en bois, elle est aujourd’hui le plus souvent en plastique. Au bout de la monture se trouve le timbre, une pièce de caoutchouc ou de polymère moulée ou gravée d’une empreinte. Enfin, l’encreur est un coussinet imbibé d’encre sur lequel le timbre puise la matière pour révéler son empreinte une fois appliqué sur un support.

Le caoutchouc
En 1839, Charles Goodyear  découvre le principe de vulcanisation qui transforme le latex et caoutchouc. Ce nouveau matériau sert à fabriquer des gommes (cf. Le Papetier de France n°830) mais aussi des empreintes pour tampons grâce à des moules en plâtre. Démocratisant le tampon manuel, cette technologie signe le début de la fin de l’utilisation des sceaux.

L’auto-encreur
En 1976, l’entreprise allemande Trodat crée le tampon Printy à encrage automatique. L’encreur est intégré dans le boitier du tampon au lieu d’être une pièce à part. Ce procédé permet de n’utiliser qu’un seul instrument, mais aussi d’éviter que l’encre ne sèche trop rapidement.

De nouveaux usages ?
Véritable signature d’une entreprise, le tampon-encreur est incontournable dans la cadre professionnel. Le marché, mené par les marques Trodat, Colop et Shiny, reste très administratif tout en explorant de nouvelles pistes. La demande en traçabilité et l’essor de la livraison boostent les ventes B to B avec des produits de plus en plus spécialisés par métier. D’autre part, le renouveau des loisirs créatifs crée une nouvelle offre du côté des particuliers avec des timbres plus fantaisistes et des encres colorées ou adaptées à différents supports.


Le chiffre

25 ft

25 pieds, soit 7,62 mètres. C’est la largeur du tampon le plus grand du monde. Il s’agit en fait d’une sculpture du duo Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen, dévoilée à Cleveland aux Etats-Unis en 1991. Free Stamp se veut une satire de la bureaucratie capitaliste en singeant le gigantisme des constructeurs de gratte-ciels.

 

 

Article initialement paru dans Le Papetier de France n°833, Janvier-Février 2019.

Article en lien