1er semestre 2021 : Bic réévalue ses prévisions de croissance

©Usine Bic de Samer, Pas-de-Calais.

Fin juillet, Bic a publié ses résultats pour le premier semestre de l’exercice 2021. Le groupe enregistre un chiffre d’affaires de 916,7 millions d’euros, soit une progression de 26,2% par rapport à 2020 à taux de change constant. Rappelons que le premier semestre 2020 a été marqué par les mois de confinement imposés au monde entier par la pandémie de Covid-19. Bic prévoit ainsi un taux de croissance annuel entre 9 et 11% pour 2021.

L’écriture portée par l’Europe
Cette performance a été tirée par les divisions Flame for Life (briquets) et Blade Excellence (rasoirs) qui ont particulièrement bien fonctionné aux Etats-Unis et en Amérique latine. Pour le secteur de l’écriture, représenté par la division Human Expression, le chiffre d’affaires s’élève à 333,3 millions d’euros, en augmentation de 19,1% à taux de change constants. 2,743 milliards d’unités ont ainsi été écoulées (+11,6%). Le marché a été porté par l’Europe, en particulier les réseaux de fournituristes de bureau et la grande distribution. Les ventes scolaires ont également été avancées par rapport à l’an dernier. En Amérique du Nord, même si le premier semestre a été positif, le manque de disponibilité de certains produits, dû à des difficultés rencontrées par la chaîne d’approvisionnement, a perturbé les livraisons et devrait affecter les ventes de rentrée scolaire. Bic se félicite par ailleurs du développement des outils numériques Rocketbook, dont les ventes ont progressé de 90% entre janvier et juin 2021 sur le sol américain. En Amérique latine, les marchés brésiliens et mexicains ont été difficiles, sauf pour le coloriage et les stylos.

Au premier semestre 2021, la marge d’exploitation ajustée de la division Human Expression s’est élevée à 8,3%, contre 6,5% en 2020. L’augmentation s’explique par une hausse du chiffre d’affaires (y compris Rocketbook), et des économies de coûts de production et d’approvisionnement en matières premières, partiellement neutralisée par un effet de change défavorable des devises d’Amérique latine par rapport au dollar américain et à des coûts de transport et de distribution plus élevés. »
Rapport Bic Résultats du premier semestre 2021

Article en lien