Destructeurs de documents : les différents niveaux de sécurité

Le marché des destructeurs de documents, en baisse au premier trimestre 2018 (-9% selon GfK), compte de nombreuse références. Chez chaque marque, les appareils sont notamment catalogués selon leur niveau de sécurité, c’est-à-dire la précision de la destruction des documents. Ce classement répond à différentes caractéristiques établies par la norme DIN66399.

3 classes de documents
Les degrés de sécurité des broyeurs sont définis par la norme DIN 66399 qui détermine trois classes de protection :
– la classe 1 pour les circulaires, notes, catalogues, publicités et autres documents aux données accessibles ;
– la classe 2 pour les documents contenant des données confidentielles, destinées à un groupe restreint de personnes (fichiers clients, informations sur le personnel, offres de prix…) ;
– la classe 3 pour les documents secrets, données stratégiques, financières, brevets, etc.

6 types de supports
La norme prévoit aussi une dénomination selon le support à détruire :
-P pour les papiers, films, clichés ;
-F pour l’information réduite (microfilms, films) ;
-O pour les supports optiques (CD, DVD) ;
-T pour les supports magnétiques, carte d’identité, disquettes ;
-H pour les disques durs ;
-E pour les données électroniques comme les cartes à puces.

7 niveaux de sécurité
Pour chaque support, le niveau de destruction s’échelonne de 1 à 7, de la protection la plus basse à la sécurité la plus élevée : 1 pour les particules inférieures à 2000 mm2, 2 pour des particules inférieures à 800 mm2, 3 pour moins de 320 mm2, 4 pour moins de 160 mm2, 5 pour moins de 300 mm2, 6 pour des particules inférieures à 10 mm2, et 7 pour des particules de moins de 5 mm2. Les niveaux 1 à 3 conviennent aux documents de classe 1, les degrés 4 et 5 à la classe 2, et les niveaux 6 et 7 aux documents de classe 3.

Pour découvrir notre sélection de destructeurs de documents, rendez-vous dans le numéro de septembre 2018 du Papetier de France.

Article en lien