Confinement et télétravail : la réalité des pratiques des Français

Selon le Baromètre des économies régionales… confinées réalisé par Odoxa pour Adviso Partners, Challenges, France Info et France Bleu, dans le cadre du confinement pour la lutte contre le coronavirus, 45% des actifs ne travaillent plus du tout (chômage partiel, congé maladie, etc.). 25% se rendent toujours sur leur lieu de travail alors que 20% sont en télétravail. 6% sont en activité partielle une partie du temps et 4% alternent télétravail et présentiel. Odoxa remarque cependant que les différences sont significatives selon les territoires : 41% des actifs télétravaillent en Ile-de-France alors qu’en Normandie, seuls 11% des salariés le font. De même, la proportion de télétravailleurs chez les cadres est plus importante que chez les ouvriers.

« Le Covid-19 a joué comme un facteur multiplicateur des inégalités face au travail : alors que les cadres ont pu conserver leur travail et l’exercer confortablement en télétravail, les catégories populaires l’ont, soit perdu, soit se trouvent contraintes de l’exercer en présentiel », explique Gaël Sliman, président de l’institut de sondage. En effet, si trois-quarts des Français estiment que les entreprises se sont bien comportées durant cette crise, la fracture est nette entre les cadres, 83% à penser ainsi, et les ouvriers, 69% à voir les choses de cette manière.

Vers la généralisation du télétravail après le confinement ?
Pour 76% des sondés, le télétravail devrait être plus développé en France (80% chez ceux qui le pratiquent déjà). Pour 73%, cette pratique tend pourtant à isoler les salariés. Afin de maintenir le lien social professionnel, 35% des télétravailleurs se sont mis à utiliser des outils numériques qu’ils n’utilisaient pas ou peu auparavant. Globalement, 78% utilisent au moins un outil numérique pour garder le contact avec ses collègues, avec les messageries instantanées en tête.

Toujours parmi les télétravailleurs, 56% disposent d’une pièce isolée pour leur activité (bureau, chambre, etc.) et 43% doivent partager leur espace avec d’autres personnes de leur foyer. 43% se disent ainsi perturbés dans leur télétravail par la promiscuité (50% en région parisienne). A l’issue du confinement, 55% des salariés souhaitent avoir davantage recours au télétravail.

Aux premiers jours du confinement, le ministère du Travail estimait que 8 millions de salariés du secteur privé (plus de 4 emplois sur 10) pouvaient travailler à domicile. En novembre 2019, un rapport du même ministère évaluait le nombre de télétravailleurs à 1,8 millions de personnes.

Article en lien