Affichage, marquage au sol, rubans : la signalétique au rendez-vous !

©Durable

Circulation, distanciation physique, lavage des mains… La lutte contre la pandémie de Covid-19 a imposé des gestes barrières à toute la population. Pour les communiquer, les entreprises et collectivités se sont tournées vers des professionnels de la signalétique qui ont su repenser leurs offres pour s’adapter à cette situation.

Depuis mars 2020, le confinement puis le déconfinement ont imposé la fermeture puis la réouverture de millions d’entreprises sous certaines conditions pour empêcher la propagation du virus Covid-19. Quel que soit le secteur d’activité, chaque chef d’entreprise a dû mettre en place un vocabulaire visuel pour aménager les espaces et rappeler les gestes barrières aux collaborateurs comme aux visiteurs. Ces nouveaux usages ont créé un besoin inédit en outils de signalétique. Ces derniers mois ont ainsi mis en lumière une famille de produits qui, même si elle était bien implantée dans les catalogues, ne faisait plus de vague depuis longtemps.

Branle-bas de combat
Jusqu’au début de l’année 2020, le marché de la signalétique était plutôt stable, occupant une place sure dans les offres aux professionnels, mais avec une clientèle assez typée, dans la sécurité, la logistique et la production industrielle. La pandémie de coronavirus et les mesures sanitaires qui en découlent ont complètement changé la donne en créant une demande universelle au niveau mondial. « Les situations ont varié selon les pays. Cependant, les besoins pour diffuser les messages de distanciation ont été les mêmes partout », constate Frédérique Engel, directrice ventes et marketing de la division solutions commerciales de 3M. A la simultanéité de la demande partout dans le monde et dans tous les secteurs professionnels, s’est ajoutée l’urgence : « La demande a été très forte quasi immédiatement, d’abord pour la distanciation physique. Nous n’avions jamais vu ça, tout partait tout de suite ! », se souvient Benjamin Baruteaud, directeur marketing de T3L-Tarifold. Chez Bruneau, Hélène Sutter, chef de groupe produits univers hygiène, entretien, services généraux et sécurité, l’a constaté : « Dans un premier temps, la demande était concentrée sur tout ce qui permettait de distancier les gens physiquement, poteaux de guidage, rubans de signalisation, marquage au sol, etc. Le critère majeur était alors la disponibilité. » Les passerelles entre les produits ont ainsi été fréquentes pour remédier à la nécessité soudaine, le ruban de chantier s’invitant dans les transports publics pour limiter les accès à certaines zones, la bande adhésive de l’électricien finissant au sol d’un commerce de bouche pour indiquer un sens de circulation, etc. Pour Ulrick Parfum, directeur achats et marketing produits du groupe Raja, « il a fallu faire face à une demande totalement inédite autant par son aspect quantitatif (énormément de commandes) que qualitatif avec de nouveaux besoins, ce qui nous a amené à élargir notre offre ».

Des référencements accélérés
Face à cette déferlante, les distributeurs ont joué la carte du référencement rapide afin d’aménager leur offre avec le plus de réactivité possible. « Dès le début du mois de mars, les retours de nos commerciaux nous ont fait sentir qu’il y aurait une demande accrue. Nous avons donc lancé un processus de référencement accéléré pour y répondre », explique Ulrick Parfum. En travaillant avec des fournisseurs de proximité, Raja a assuré son approvisionnement et celui de ses clients. Démarche similaire chez Bruneau : « Nous avons d’abord augmenté nos commandes sur les produits déjà référencés pour avoir plus de stock, puis nous avons lancé des référencements supplémentaires avec des fournisseurs majoritairement français pour élargir les gammes et garantir nos livraisons », confirme Hélène Sutter. Là où de nouveaux référencements prennent habituellement plusieurs mois, cette politique a permis de satisfaire la demande en quelques semaines tout au plus.

Tarifold a conçu une signalétique plus ludique, dédiée aux environnements scolaires.

Des développements produits ultra rapides
Du côté des fabricants aussi, la réactivité a été de mise car il a fallu développer et proposer de nouveaux produits en un temps record, avec des équipes généralement en télétravail, parfois même réduites par des dispositifs d’activité partielle. Les spécialistes de l’étiquetage et des adhésifs ont évidemment été sur les rangs. Avery s’est mobilisé dès la mise en confinement, comme le raconte Julien Soullard, chef de produit senior : « Nous avions déjà une gamme d’étiquettes personnalisables pour le bureau, les entrepôts ou les vitrophanies, mais nous nous sommes vite rendus compte qu’avec le Covid et le déconfinement, il fallait être plus précis et offrir des produits clé en main. » La marque a ainsi sorti toute une gamme Covid comptant des badges adhésifs textiles préimprimés pour rappeler la distanciation sur les gilets des vendeurs en magasin, des affiches « gestes barrières » avec des visuels inspirés de ceux du gouvernement mais plus colorés et percutants, et des marquages au sol en polyester antidérapant pour une application et un entretien facilités. Les fournisseurs qui avaient leurs outils industriels en Europe ont été avantagés, à l’image d’Apli-Agipa qui a lancé plusieurs références de rubans adhésifs et de marquages au sol avec des messages et pictogrammes préimprimés. « Nos produits sont fabriqués en Espagne, ce qui nous a permis d’avoir des délais de fabrication et de livraison plus rapides », précise Mathilde Griffon, product manager. Les fabricants d’accessoires et équipements de bureau ont également développé de la signalétique pour compléter leur offre. CEP Office solutions, qui avait déjà la gamme Take Care à destination des professionnels de la sécurité dans les espaces de travail, a rapidement pu proposer des solutions Covid. « En trois semaines, nous avons présenté plus d’une trentaine de nouvelles références, explique Charlène Soulier, responsable communication. Nos équipes marketing, R & D et la production ont été très réactives pour développer ces nouvelles solutions dans un délai très court. »

Après l’urgence, tenir la distance
Après le coup de feu du deuxième trimestre 2020 et de bons scores jusqu’à la fin d’année, l’ensemble du marché se pose la question de la pérennité de ce nouveau besoin en signalétique. Les nouveaux affichages sanitaires s’imposeront-ils en période hors-Covid ? Les avis divergent. Selon Virginie Capart, directrice marketing chez Durable, « dans les périodes d’épidémies, grippes et gastroentérites, certains usages seront certes conservés, mais globalement, d’ici deux ou trois ans, le marché redeviendra en majorité sur la sécurité et la logistique ». D’autres considèrent que cette crise a ouvert les portes de nouveaux secteurs professionnels pour les outils de signalétique : « Que ce soit dans les commerces, les écoles, les administrations, les entreprises, etc., la sécurité sanitaire doit être la priorité de chacun. Les stickers incitant à se laver les mains et la signalisation pour le respect des règles de distanciation ne vont donc pas disparaitre tout de suite », diagnostique Charlène Soulier. C’est pourquoi CEP Office Solutions a conçu des gammes plus ludiques pour le scolaire, ou plus décoratives pour les entreprises, avec pour but de rendre les messages moins anxiogènes. Si il est difficile d’avoir une visibilité à long-terme sur l’avenir du marché, une chose est sure, l’épisode Covid garantit encore de bons chiffres à la signalétique dans les mois à venir. « Une partie de ces produits sont des consommables, ils s’usent, et après plusieurs mois, il faut les remplacer, ce qui promet encore des progressions significatives », observe Ulrick Parfum pour Raja.

LE CHIFFRE
81%
Plus de 8 consommateurs sur 10 disent se sentir plus en sécurité dans les magasins présentant une signalétique sanitaire claire, selon une étude européenne menée par Roland DG. En France, 75% des sondés disent avoir davantage conscience de l’importance de la signalétique depuis la pandémie.

Découvrez l’intégralité de cet article dans Le Papetier de France n°843 – Octobre-Novembre 2020.

Article en lien