Office Depot France: les salariés se positionnent pour AdexGroup

Crédit : Pyc Média – Le Papetier de France

Suite à l’audience du tribunal de commerce de Lille-Tourcoing le 25 mai 2021 pour l’avenir d’Office Depot France, deux offres de reprises restent en lice, celles d’AdexGroup (Adveo) et Alkor Groupe (Majuscule, IoBuro) (lire notre article). Alors que la décision de la justice doit être connue le 3 juin, les représentants des salariés ont exprimé leur préférence dimanche 30 mai. Dans un communiqué des syndicats Unsa et CFE-CGC, le soutien des salariés d’Office Depot France se porte vers l’offre d’AdexGroup, notamment pour des questions de préservation des emplois : « Il a été réaffirmé devant le tribunal que cette offre devient l’offre mieux disante socialement et sauvera 628 personnes, soit 168 personnes de plus que l’offre portée par la coopérative Alkor qui ne reprend que 460 personnes », expliquent les syndicats. « Les représentants des salariés ont travaillé avec les dirigeants d’AdexGroup pour améliorer leur offre et construire une reprise sur les trois canaux de l’entreprise (magasins, vente aux professionnels et vente par correspondance) afin de garder une seule et même entreprise. AdexGroup, qui exploite les marques Calipage, Plein Ciel et Buro+, ajouté à la marque Office Depot, deviendrait un acteur important sur le marché de la fourniture et redonnerait le moral aux salariés repris. Les dirigeants d’AdexGroup se sont engagés devant le tribunal pour un maintien de l’emploi à minima de deux ans, une priorité à l’embauche de 3 ans sur la société de reprise, mais aussi sur Adveo et Adex, et enfin à une bourse à l’emploi immédiate de 65 postes, renouvelée tous les 6 mois », précisent les représentants du personnel d’Office Depot France.
Pour sa part, la coopérative Alkor, assure qu’en « réponse aux questions des salariés exprimant la crainte d’« être licenciés avant d’être éventuellement embauchés », Alkor Groupe a confirmé que, dans un délais d’un mois après décision du tribunal le 3 juin, les salariés reclassés conserveront leur ancienneté sans période d’essai ». 460 collaborateurs seraient repris et une bourse à l’emploi prioritaire serait ouverte pour 370 postes support. Pour rappel, l’offre d’Alkor Groupe propose aussi une participation à hauteur de 23,2 M€ à l’apurement du passif d’Office Depot pour le rachat des actifs et des stocks, de la créance obligataire et de huit immeubles placés en fiducie, et ce sans financement public, ni PGE. « Notre coopérative sera heureuse d’offrir un avenir solide à 830 salariés du retail et des autres activités d’Office Depot. C’est une vraie sécurité pour les collaborateurs qui nous rejoindront en conservant leur ancienneté sans période d’essai. Ces offres d’emplois sont fermes et seront immédiatement opérationnelles. Les salariés d’Office Depot seront accueillis au sein d’une grande famille qui existe depuis plus de 60 ans », a déclaré Stéphane Couchot, président d’Alkor Groupe le 26 mai.
Le verdict reste entre les mains du tribunal de commerce de Lille. Rendez-vous le 3 juin 2021 pour l’ultime décision.

Article en lien