Loisirs créatifs : quatre disciplines à suivre

previous arrow
next arrow
Slider

Si le succès du DIY ne se dément plus, le public zappe entre les tendances : à une activité créative succède une autre, puis une autre, etc. Voici quelques clés pour capter l’état d’esprit du moment et se concentrer sur les disciplines les plus prometteuses.

Il peut parfois être compliqué de suivre le marché des loisirs créatifs. Certaines activités résistent à l’épreuve du temps, par exemple le scrapbooking qui compte des adeptes fidèles. Mais de toute évidence, de la même manière que les changements sociaux et culturels se sont accélérés, les attentes en matière de loisirs sont devenues de plus en plus changeantes. Suivre les modes tout en apportant une expérience au consommateur, c’est le défi que les activités DIY doivent relever, avec un public de plus en plus zappeur. « Il ne faut pas créer de clivages, car le consommateur est multifacettes. Il circule de manière transversale entre les différentes disciplines », remarque Marie-Pierre Mesgouez, directrice marketing de Stabilo. Une personne qui pratique le DIY ne souhaite plus se consacrer qu’à une seule activité, elle cherche désormais un divertissement. Elle veut réaliser un objet, se changer les idées et prendre du plaisir !

Hygge et détox digitale
Le DIY profite de la généralisation des valeurs liées à la réussite individuelle. Ce besoin de s’exprimer par la réalisation d’un travail manuel pourrait se traduire dans le hygge. Ce mode de vie scandinave séduit les consommateurs avec son approche réconfortante. Cette philosophie revient à privilégier les sentiments de confort, de chaleur et de convivialité, à en faire une priorité. Ce serait la recette du bonheur au Danemark, pays le plus heureux du monde en 2016 (le France était alors 32e). Devenu un véritable phénomène de mode, le hygge s’est mué en art de vivre : soirée au coin du feu, bougies parfumées, tenues toutes douces… On se recentre sur soimême. Objectif : bien-être, dans sa tête, à la maison, au bureau. Dans notre époque ultra-digitalisée, où tout va toujours très vite, l’humain cherche à retrouver des repères, or les loisirs créatifs participent à cette mouvance. « Le faire soi-même est un retour à une forme d’authenticité, prendre du temps pour soi pour ralentir la frénésie de nos vies », souligne Marie-Pierre Mesgouez. Le DIY est la nouvelle détox numérique.

Un zapping décomplexé
Notre culture de fast consommation qui alimente constamment la soif de nouveautés des clients, s’applique aussi au secteur créatif. Si des disciplines artistiques ont su perdurer, origami, scrapbooking et calligraphie en tête, de nombreuses activités séduisent les consommateurs avant d’être délaissées au profit de nouvelles tendances plus à la mode. Un mouvement perpétuel anime ainsi le marché pour proposer de nouvelles opportunités. Et même si les clients souhaitent ralentir le rythme, ils restent attachés au renouvellement fréquent de l’offre. Le dynamisme du marché réside dans cette capacité des fabricants à apporter du renouveau dans les rayons. Si les grands classiques demeurent, il faut sans cesse rafraîchir les concepts pour attiser la curiosité des consommateurs. Parmi les loisirs créatifs les plus en vogue, nous avons donc sélectionné quatre disciplines qui sollicitent des produits de papeterie, renouvellent le genre, tout en étant particulièrement représentatives des attentes clients.

Personnaliser pour se démarquer
La personnalisation ou customisation de ses effets personnels est une tendance forte. Après plusieurs décennies pendant lesquelles il fallait entrer dans une tribu en affichant une certaine communauté de biens ou de pensées, est venu le temps où il faut sortir du rang ! Dans le numéro de janvier/février du Papetier de France, la directrice de l’ObSoCo (Observatoire société et consommation) Véronique Varlin expliquait que nous vivons actuellement dans une « époque qui voit émerger des valeurs individualistes, où chacun doit se montrer créateur de sa vie ». La norme sociale exige désormais que l’individu réussisse sa vie y compris dans ses dimensions les plus intimes, le menant à projeter des enjeux identitaires dans toute une série d’activités : travail, habillement, consommation et loisirs. Dans cet esprit, personnaliser ses vêtements, son inté-rieur, ses objets est une manière d’exprimer sa personnalité, de se différencier. Charlène Maillou, chef de produits loisirs créatifs chez Pébéo, précise : « Depuis un ou deux ans, nous voyons apparaître une vraie recherche pour se démarquer des autres. Le client aime la mode, veut avoir la dernière paire de baskets, mais elle doit véhiculer un message, quelque chose de personnel. Idem en home déco, avec des objets personnalisés, on crée des originaux qui nous ressemblent. » La marque de peinture française a ainsi présenté sur Creativeworld une nouvelle gamme de sprays et marqueurs textiles dans la collection Setacolor, des outils pratiques d’utilisation pour agrandir la cible utilisateurs.

Upcycling, l’art de la revalorisation
Dans la même veine que la personnalisation, les fans de DIY aiment faire de l’upcycling. Cette discipline consiste à recycler des objets ou vêtements en leur donnant une seconde vie. Le produit de départ est revalorisé, amélioré par l’ajout d’une touche personnelle. « Cette tendance est très forte dans les univers de la déco et de la mode vintage, constate Charlène Maillou. Les gens ont moins peur de toucher à leur meuble qu’avant. Un pochoir, une bombe de peinture… il est très facile de commencer avec des outils simples. » Un vase abîmé recouvert d’un motif en Decopatch, un meuble démodé à repeindre pour être plus actuel, un pot de yaourt en verre qui devient lanterne… le vieux se rénove et redevient contemporain. « Ces activités sont gratifiantes et proactives, note Lucie Parfitt du service marketing de la marque de crayons et peinture Kuretake. Et puis les réseaux sociaux comme Instagram et Pinterest sont des sources d’inspiration infinies ! »

Lettering : l’écriture prend des couleurs
Autre discipline qui s’installe comme une tendance de fond : le lettering. Petite soeur de la calligraphie, cette pratique graphique se distingue par son caractère ludique et accessible. L’artiste Mye de Leon, auteure du livre Lettrage (Éditions Marie Claire) en 2017, explique : « La calligraphie est l’art d’écrire à l’aide d’instruments à plumes, stylo ou pinceau typiquement. Les lettres sont formées par des traits, et il faut vraiment s’entraîner pour maîtriser les bons gestes. Le lettering, lui, dessine ou illustre les lettres. Il y a une multitude de façons d’interpréter une lettre. Elle est customisée dans le but de véhiculer un message ou une idée que les polices ne suffisent pas à exprimer. » Outils divers, nombreuses couleurs… « Tout le monde peut apprendre, il suffit de crayons et d’une feuille de papier pour commencer ! » Le lettering peut ainsi être utilisé dans une grande variété de styles et d’occasions, en grand format pour une fresque sur un mur, pour décorer un tote-bag, illustrer un calendrier, un livre ou un cahier, etc. Cette activité participe à une autre discipline phare de cette année, le bullet journal ou agenda créatif. Dans ce système d’organisation, l’utilisateur et auteur du journal est censé agrémenter ses écrits de dessins structurants, motivants ou distrayants. Un rôle idéal pour le lettering.

Coupes et découpes
Dernière tendance de notre sélection, le paper cutting, ou la découpe du papier. La discipline se caractérise par la finesse des motifs à découper, c’est pourquoi elle s’adresse à des personnes ayant déjà un peu de maîtrise des loisirs créatifs. L’expérience permet d’être plus concentré et méticuleux pour assurer la précision de la découpe. « Le paper cutting se base sur le détail pour réussir des projets incroyables, des invitations pour une cérémonie à des oeuvres pour encadrer. Cette technique complexe est généralement utilisée par des personnes aguerries », selon Rebecca Jones de la marque de fournitures DIY Ellison Europe. L’entreprise anglaise a d’ailleurs développé une machine de die-cutting. « Au lieu de couper le papier à la main avec des ciseaux ou une lame, la machine découpe une forme plusieurs fois en quelques secondes grâce à un système d’emporte-pièce. Nous avons des centaines de modèles de matrices, l’utilisateur n’a plus qu’à choisir. » Fleurs ornementales, designs contemporains, reproduction de dessins célèbre, etc. Le paper cutting joue sur la lumière et les contrastes pour créer des volumes délicats. Ces quatre tendances à suivre démontrent bien qu’aujourd’hui, les loisirs créatifs s’orientent davantage vers des activités plaisir, auxquelles le consommateur peut s’initier facilement, sans être un expert, ni posséder un matériel complexe. Bien sûr, parmi cette population, certain(e)s souhaiteront aller plus loin et se dirigeront vers des disciplines plus pointues, mais la majorité préférera des activités simples, dont l’expérimentation est amusante, et dont les réalisations sont une expression de leur individualité

Article en lien